CONDITIONS DE TRAVAIL ET D’EXERCICE DES MISSIONS STOP A LA DEGRADATION ! Aujourd’hui,

mardi 28 mai 2013
par  webmestre FSU
popularité : 11%

CONDITIONS DE TRAVAIL ET D’EXERCICE DES MISSIONS
STOP A LA DEGRADATION !

Aujourd’hui, à la PJJ, les conditions de travail et d’exercice des missions ne cessent de se
dégrader pour l’ensemble des personnels, toutes catégories confondues : austérité oblige, les budgets
sont toujours aussi restreints et plus que jamais, la logique comptable prévaut sur les exigences
qualitatives. La mesure de l’activité sert de couperet à la justification des postes et pèse lourdement
sur les personnels qui, de plus en plus vite, doivent prendre les mesures, accueillir les mineurs. Le
temps pour penser l’action éducative, pour travailler en équipe au bénéfice des mineurs se restreint
de plus en plus quand il n’est pas considéré comme inutile. Pour la direction de la PJJ qui se situe
dans la continuité des politiques antérieures, l’urgence est à la gestion de la pénurie, à la
rentabilisation du temps de travail.
Un peu partout, une hiérarchie, elle-même sous pression, doit consacrer la majorité de son
temps au remplissage de tableaux de bord de toutes sortes et au contrôle de procédures de travail
uniformisées et déresponsabilisantes pour les personnels. Cette politique qui génère tensions avec la
hiérarchie, isolement, divisions et culpabilisation réunit ainsi tous les ingrédients qui constituent la
souffrance professionnelle.
Aujourd’hui, chaque catégorie de personnel, chaque service, chaque fonction est traversée par
des difficultés similaires liées à un contexte qui conjugue pénurie de moyens, transformation des
missions et mise au pas des personnels :
- les personnels administratifs sont confrontés au manque criant de personnels en DT et en DIR
et doivent suppléer l’insuffisance de formation des responsables en matière RH.
- les adjoints techniques, avec de moins en moins de postes voient leur charge de travail augmenter
et leurs lieux d’intervention se multiplier.
- les infirmières(iers) sont de plus en plus isolés et écartelés entre leurs différentes missions.
- l’afflux des MJIE et le cadre de travail fixé par la DPJJ, alliés à l’insuffisance de postes de
psychologues et d’ASS fait voler en éclat les normes, réduit leur travail à l’exécution de mesures
d’évaluation. Ils remettent en cause la pluridisciplinarité et encourage l’indifférenciation des
fonctions des éducateurs, des psychologues, des ASS.
Lire la suite...


Documents joints

PDF - 39.8 ko

Contact

SNPESPJJ
54, Rue de l’Arbre Sec
75001 Paris
☎ : 01 42 60 11 49
Fax : 01 40 20 91 62
snpes.pjj.fsu@wanadoo.fr

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois