SNPES-PJJ/FSU Auvergne : Les services de Milieu Ouvert au bord de l’explosion dans le Cantal et à Clermont-Ferrand Être cadre ne donne pas tous les droits !

Depuis plusieurs mois, le climat de travail se dégrade. Les personnels de milieu ouvert sont à bout : pressions sur leur charge de travail, contrôle accru de leur activité, mépris, suspicion généralisée, comportements et propos inadmissibles de certains cadres.
vendredi 10 décembre 2021
popularité : 6%

Si chaque unité rencontre des difficultés spécifiques, l’autoritarisme en est le dénominateur commun.

Selon la législation sur les risques psycho sociaux, les facteurs de risques doivent être évalués régulièrement et notamment lors de changements significatifs dans l’organisation du travail et des missions : avec la mise en place du CJPM et la restructuration des unités Puy de Dôme/Cantal /Haute Loire, on y est !

L’administration se gargarise des dispositifs mis en place. Concrètement, cela change quoi dans le quotidien de travail des personnels ? Quand des agents rencontrent des difficultés avec leur hiérarchie, vers qui peut-ils.elles se tourner ?

Les trois unités de Clermont-Ferrand n’ont pas d’agent exerçant la mission d’ASP. En effet, pour que cette mission ait un intérêt pour les personnels, l’ASP doit pouvoir travailler en proximité avec les Directeur.rice.s de service. Est-ce à dire qu’actuellement cela n’est pas envisageable ?

Les facteurs de risques dans les RPS sont désormais bien connus. Aujourd’hui, nous constatons :

– Une insécurité dans les situations de travail avec mise en place du CJPM et remise en cause des modalités de travail existantes. Lorsque les réunions existent, ces modifications substantielles ne donnent lieu à aucun échange, mais à des injonctions

– Un sentiment de travail inutile, une perte de sens dans ses missions

– Une absence de soutien effectif des cadres notamment dans les prises en charge les plus complexes et les plus difficiles

– Une absence de reconnaissance du travail avec des contrôles non justifiés, de la suspicion et de l’infantilisation

– Des comportements inadaptés, des cris, des humiliations, des prises à parti, des tentatives de division des équipes, des injonctions dénuées de sens éducatif

– Des absences d’informations ou parfois erronées entraînant des incompréhensions et dysfonctionnements.

En matière de RPS, les indicateurs d’alerte sont connus : absentéisme, stratégies pour être le moins possible au service, manque d’enthousiasme pour les projets collectifs, perte de patience et de concentration, tensions....

Aujourd’hui des collègues pleurent, d’autres dorment mal, ont des douleurs au dos, se replient sur eux.elles même....

Si les facteurs de risques sont bien connus, les actions permettant l’amélioration en matière de risques psycho sociaux aussi.

Le SNPES-PJJ/FSU sollicite ce jour une audience auprès de la Directrice Territoriale. Il exige notamment :

-Des positionnements bienveillants des cadres

-Des espaces de discussion et d’échanges

-La mise en place de procédures d’alerte

-Le retour de la confiance et de l’autonomie de travail.

Être cadre ne donne pas tous les droits.

Nous incitons les personnels :

-À prendre rendez-vous avec le médecin de prévention,

-La psychologue du travail,

-L’assistante sociale des personnels pour dénoncer le climat de travail et les conséquences pour leur santé -physique et psychologique

-À indiquer tout incident dans le cahier hygiène et sécurité

-À ne pas rester seul.e.

Lire le tract.......http://snpespjj-fsu.org/IMG/pdf/tra...


Documents joints

PDF - 262 ko

Contact

SNPESPJJ
54, Rue de l’Arbre Sec
75001 Paris
☎ : 01 42 60 11 49
Fax : 01 40 20 91 62
snpes.pjj.fsu@mailo.com

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2022

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois